Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Crédit photographique : P.E. Briaudet/ONCFS

L’Office Français de la Biodiversité

L’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et l’Agence française pour la biodiversité (AFB) ont fusionné au 1er janvier 2020 pour créer l’Office français de la biodiversité (OFB)

L’OFB (Office français de la biodiversité) est un établissement public sous tutelle des ministères de l’Ecologie et de l’Agriculture, né le 01/01/2020 de la fusion entre l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) et l’AFB (Agence française pour la biodiversité) selon la loi n° 2019-773 du 24 juillet 2019 portant création de l’Office français de la biodiversité. 

Ses missions sont détaillées dans cette loi et à l’Art. L. 131-9.-I. du code de l’Environnement :

L’Office français de la biodiversité contribue, s’agissant des milieux terrestres, aquatiques et marins, à la surveillance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité ainsi qu’à la gestion équilibrée et durable de l’eau en coordination avec la politique nationale de lutte contre le réchauffement climatique. Il assure les missions suivantes :

1° Contribution à l’exercice des missions de police administrative et de police judiciaire relatives à l’eau, aux espaces naturels, aux espèces, à la chasse et à la pêche ainsi que des missions de police sanitaire en lien avec la faune sauvage ;

2° Développement de la connaissance, recherche et expertise sur les espèces, sur les milieux, leurs fonctionnalités et leurs usages, sur les services écosystémiques, sur les liens entre les changements climatiques et la biodiversité ainsi que sur les risques sanitaires en lien avec la faune sauvage. L’Office pilote ou coordonne les systèmes d’information sur la biodiversité, l’eau, les milieux aquatiques et les milieux marins ;

3° Expertise et assistance en matière d’évaluation de l’état de la faune sauvage et de gestion adaptative des espèces mentionnée à l’article L. 425-16 ;

4° Appui à la conception, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques de l’eau et de la biodiversité, notamment à l’échelon territorial ;

5° Gestion, restauration et appui à la gestion d’espaces naturels, notamment de zones littorales comprenant des récifs coralliens et des écosystèmes associés ;

6° Communication, sensibilisation du public, accompagnement de la mobilisation et formation. 

Les directions régionales

L’OFB est représenté sur le territoire français par 13 directions (inter-)régionales. Au sein de chaque DIR de métropole, un agent anime le réseau Loup-lynx chargé du suivi du loup. Il forme les correspondants du réseau de sa région lorsque les indices de présence de loups deviennent récurrents, et reste leur interlocuteur par la suite. Il forme également les agents habilités à réaliser des constats de dommages, et son avis technique peut être sollicité par la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) à l’occasion d’une instruction de demande d’indemnisation suite à un dommage. Plus généralement, il est l’interlocuteur sur le dossier loup au niveau de la région et son expertise peut être sollicitée par divers partenaires.

Crédit photographique : N. Van Ingen

Les services départementaux

Les agents des services départementaux formés réalisent les constats de dommages sur animaux domestiques. Ce sont ces mêmes agents qui dispensent la formation préalable et indispensable aux chasseurs qui souhaitent participer aux tirs de défense renforcés ou de prélèvements (simple ou renforcé).
Enfin, un certain nombre d’agents des SD font partie du réseau Loup-lynx  et participe de manière importante à la collecte d’indices de présence du loup.

Crédit photographique : A. Astigarraga
Loups de parc anesthésiés / Crédit photographique : P.-E. Briaudet/ONCFS

La Direction de la Police

Egalement placée au sein de la Direction générale déléguée Police-Connaissance-Expertise (DGd PCE), la Direction de la Police de l’OFB participe à certaines missions : 

  • la lutte contre le braconnage de loups par l’instruction judiciaire de tous les dossiers de morts suspectes ;
  • la protection des agents qui sont parfois menacés dans l’exercice de leur fonction ;
  • le contrôle des établissements de détention de loups.

La Direction de la recherche et de l’appui scientifique

Au sein de la Direction générale déléguée Police-Connaissance-Expertise (DGd PCE), la DRAS rassemble 8 unités de recherche et d’expertise, et un service de mobilisation de la recherche. Parmi les unités se trouve l’unité Prédateurs-animaux déprédateurs et exotiques (UPADE), qui comporte une équipe Loup-Lynx qui a notamment en charge :

  • la responsabilité scientifique du réseau Loup-lynx, tant pour les protocoles de terrain que pour l’interprétation des résultats ;
  • le pilotage de recherches et d’expérimentations sur le suivi de la population de loups et la compréhension de ses interactions avec son environnement ;
  • l’expertise auprès des pouvoirs publics et autres partenaires de l’établissement.
    Les équipes entretiennent une étroite collaboration avec les autres structures européennes en charge du suivi et de la gestion de cette espèce.

Consultez la page « Recherche et Expertise » sur le loup.

Suivi des ongulés sauvages par télémétrie / Crédit photographique : P. Massit/ONCFS

Le réseau Loup-lynx

Le réseau Loup-Lynx, piloté par l’OFB (Direction de la Recherche et de l’Appui Scientifique, Unité Prédateurs et Animaux déprédateurs, exotiques), est une organisation permettant la collecte de données sur le loup et le lynx grâce à plusieurs milliers de correspondants de divers horizons (OFB, ONF, espaces naturels, éleveurs, chasseurs, naturalistes, forestiers, professionnels de la montagne…). Formées et encadrées par les animateurs régionaux de l’OFB, ces personnes de terrain collectent des données selon des protocoles scientifiques homogènes afin d’estimer annuellement la répartition et les effectifs de la population de loups. Pour en savoir plus, consultez la page « Réseau Loup-lynx ».
Logo du Réseau Loup-Lynx.