Réseau Loup-lynx

Réseau Loup-lynx

Crédit photographique : N. Van Ingen
Crédit photographique : Y. Leonard/ONCFS
Crédit photographique : N. Pfeiffer/ONCFS
Logo du Réseau Loup-Lynx.

Objectif et fonctionnement

Le réseau Loup-lynx a pour objectif la surveillance de la population de loups et de lynx en France. Il vise à obtenir des informations fiables et robustes sur le plan scientifique concernant le nombre de loups et leur répartition sur le territoire. Ces données permettent ensuite d’éclairer la décision publique en matière de conservation et de gestion de ces deux espèces protégées.

Le réseau Loup-lynx repose sur la collaboration de différents acteurs de terrain dans les zones de présence averée des espèces, mais  également au delà. Chacun d’entre eux étant formé pour repérer les indices de présence du loup et du lynx sur le terrain.
En savoir plus : découvrez la méthodologie et les résultats de ce suivi.

Ce système constitue à ce jour un outil unique en Europe, permettant le suivi du loup au travers d’indicateurs géographiques et démographiques combinés. Il est relié à des groupes de travail internationaux tels que le WAG (Wolf Alpine Group) ou la LCIE (Large Carnivore Initiative for Europe) pour son intégration dans le contexte européen. Le réseau Loup-lynx se caractérise par une transparence totale pour ce qui concerne sa production technique et dans tous ses aspects de collaboration entre les partenaires (institutionnels, particuliers) et l’État.

Crédit photographique : Y. Leonard/ONCFS

Composition et couverture

Le réseau Loup-lynx est piloté par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), mais se compose de correspondants issus de divers horizons. Au 1er janvier 2020, ils sont près de 4000 correspondants à être formés par les animateurs du réseau de l’ONCFS depuis le retour du loup.

C’est l’atout majeur du réseau Loup-lynx : rassembler de multiples partenaires permettant la couverture de vastes espaces tout en minimisant les délais de détection de l’espèce. La majorité des correspondants (55 %) sont des agents de l’État ainsi que des agents de parcs naturels régionaux. Les 45 % restants se composent de particuliers, bénévoles, sélectionnés pour leurs activités qui leur permettent potentiellement de détecter des indices de présence (accompagnateurs en montagne, bergers, chasseurs, éleveurs, naturalistes).

Composition du réseau Loup-Lynx, en 2018. ONCFS.

Le plan national d’actions 2018-2023 sur le loup et les activités d’élevage prévoit d’améliorer encore la mixité des correspondants, et pour cela de rendre les formations davantage accessibles, notamment pour les éleveurs et les chasseurs.

Fin 2019, le réseau Loup-lynx est déployé sur près de 40 départements concernés par la présence de l’un de ces carnivores.
Dans près de 40 départements du front de colonisation, une veille ONCFS est activée pour détecter leur présence.

Carte du déploiement du réseau Loup-lynx (novembre 2018)

Le déploiement intégral du réseau (départements en vert sur la carte ci-dessus) intervient dès lors que des indices de présence récurrents sont détectés et signalés aux responsables nationaux. La formation de nouveaux correspondants, sur la base du volontariat, est alors effectuée dans les départements concernés.

Formation des correspondants

Crédit photographique : N. Pfeiffer/ONCFS

Le réseau Loup-lynx s’étend d’année en année avec des formations spécifiques. Les formations portent sur la biologie et les méthodes de suivi des populations, la reconnaissance des indices de leur présence ainsi que les procédures de transmission de ces indices.

La formation des agents pour réaliser des constats de dommages est organisée en parallèle, également par les animateurs du réseau Loup-lynx.

Des formations ouvertes à tous

Si vous êtes intéressés pour vous investir dans le réseau de suivi, vous pouvez en faire la demande par mail à l’adresse rezoloup@oncfs.gouv.fr, en précisant votre identité, vos coordonnées, l’activité que vous menez qui vous permettrait de collecter des indices de présence, et en expliquant rapidement votre motivation à participer au réseau.

Crédit photographique : Y. Leonard/ONCFS
Crédit photographique : N. Pfeiffer/ONCFS